Le contenu auquel tu souhaites accéder
est réservé aux inscrits au site !
Si tu es inscrit, identifie-toi



Accueil > Les docs > Le kung-fu
Retour
Le kung-fu

Le kung-fu

Attention, on associe à tort le terme « kung-fu » aux arts martiaux.
En réalité, il signifie, en chinois, « le temps qu’il faut pour apprendre un art »,
et il s'applique à tous types d'art, comme l’art du combat, mais aussi du thé
ou de la musique.
Si on veut parler des techniques d’autodéfense, il faut dire wushu,
(« art s’opposant à la violence ») : kung-fu wushu.

Selon la légende, un moine venu d’Inde, Bodhidharma, l’aurait enseigné aux moines du temple Shaolin au Ve siècle. Il voulait les aider à se protéger des animaux sauvages et des brigands qui rôdaient dans la campagne autour du monastère.

À l’inverse du karaté, le kung-fu wushu adopte des mouvements très ronds, amples, jamais durs :
– On part d’une position de base : par exemple, le ma bo (cavalier) où l’on est assis comme sur un cheval…, ou le gong bu (arc et flèche) où l’on a une jambe pliée
et l’autre tendue à l’arrière.
– Puis l’on effectue des frappes de la main ou du pied, ou même d’autres parties
du corps. Ces mouvements ont souvent un nom imagé : le poing frappe au cœur,
la main dans les nuages, le serpent siffle...
On utilise parfois des armes, comme le bâton ou le sabre court.

Ce sport est lié à une réelle philosophie. On apprend à se défendre et à rester
en bonne santé en réalisant l’union du corps et de l’esprit.